Témoins de Jéhovah: les idiots utiles des franc-maçons

Charles Taze Russell : un franc-maçon du 33e degré

Plusieurs catholiques déçus du modernisme relâché de Vatican II et de la frivolité du Novus Ordo s’éloignent parfois de l’Église catholique pour chercher quelque chose qui semble plus sérieux et plus rigoureux. 

C’est ainsi qu’ils deviennent des proies faciles pour les sectes, dont les Témoins de Jéhovah, mandatés par leurs supérieurs de capturer le plus grand nombre de croyants.
-------------

Des millions de Témoins de Jehovah suivent aveuglement les enseignements du Fondateur de la Watch Tower (La Tour de Garde), Charles Taze Russell, en ignorant les détails de la vie particulièrement médiocre de ce personnage lugubre qui a entraîné des millions de fidèles dans sa doctrine hérétique sans queue ni tête qui met pourtant en jeu rien de moins que leur propre salut.

Jetons donc un coup d’œil sur la vie et surtout les œuvres de cet homme ténébreux qui sert, encore aujourd’hui, d’inspiration à des millions d’ignorants et de naïfs.

Charles Taze Russell est né le 16 février 1852, à Allegheny (Pittsburgh). Second fils d’un commerçant franc-maçon, Joseph L. Russell et d’Anne Eliza Birney, tous deux de souche irlando-écossaise, Charles est le dernier né de la famille Russell, qui constitue une des lignées les plus importantes de la franc-maçonnerie depuis le début du XVIIIe siècle.

Doctrine hérétique 
Vers 1870, Charles Taze Russell forme un petit groupe dont la spiritualité ne consistera que sur l’étude seule de la Bible. 

Dans son enseignement, où il n’hésite pas à modifier certains passages importants de la Bible pour l’adapter à sa propre pensée, Russell se montre particulièrement critique envers la religion catholique encourageant les fidèles à la quitter pour rejoindre à son groupe.


Dans l’exemplaire de juillet 1869 du journal Zion's Watch Tower & Herald of Christ's Presence, Russell publie un article renforçant l’idée mensongère que la foi seule est le seul moyen d’obtenir le salut. (note : la sola fide ne se retrouve nulle part dans la Bible). Peu après, en 1876, Charles Taze Russell publie un livre intitulé Three Worlds, and the Harvest of This World où il présente ses théories sur la fin des temps.

À partir de là, Russell s’enfoncera dans un déluge d’idées de plus en plus délirantes qu’il publiera à grande échelle et qui ne feront que s’accentuer avec le temps. Par exemple, entre décembre 1880 et mai 1881, le journal La Tour de Garde annoncera que les Étudiants de la Bible seront enlevés au ciel en octobre 1914. Toutefois, peu avant la date avancée, voyant que sa prédiction n’avait aucune chance de se réaliser, Russell commença à nuancer ses propos, ce qu’il fera continuellement au fil des années pour plusieurs de ses prédictions. 

Dans le volume 3 de son Étude des Écritures, Russell publie d’autres révélations d’une stupéfiante imbécilité : 
- « La bicyclette, les autocuiseurs, la dynamite sont les preuves que le Christ est présent sur terre depuis 1914. »
- « Les apôtres ont été ressuscités au printemps 1878 et sont présents sur la terre avec le Seigneur depuis cette date. »

À partir de 1894, certains fidèles moins naïfs commencent à se questionner sur la moralité de Russell où on le présente comme étant un être impudique qui, en plus, n’hésite pas, en plus, à détourner l’argent des fidèles pour ses fins personnelles. À la Watch Tower, des observateurs de l’intérieur de la société l’accusent d’interdire les mariages afin de pouvoir bénéficier des avantages du patrimoine personnel des membres pour éviter qu’il se retrouve entre les mains d'éventuels héritiers des époux. 

Puis, en 1880, Russell pousse l’idée d’une autre hérésie, celle que la rançon n'est pas seulement payée par le Christ, mais également par les 144 000 Témoins de Jéhovah (en référence au quatrième verset du chapitre 7 de l’Apocalypse de saint Jean).

Pendant ce temps, à la société, le style autocratique de gestion de Russell et ses mœurs débridées continuent de créer de vives insatisfactions, ce qui provoque le départ d’environ 10 000 membres.

Immoralité et violence psychologique
En 1879, Charles Russell avait épousé Maria Frances Ackley, mais à peine cinq ans plus tard, celle-ci se plaint  ouvertement des nombreuses relations extra-conjugales que son mari entretient, dont une avec une employée du siège central nommée Rose Ball ainsi qu’une autre avec la servante de la famille, Emily Matthews. On dit de Russell qu'il est incapable de se retrouver en présence de femmes sans les courtiser. Ces affaires mènent à la séparation du couple, en 1906. L’affaire se termine même au tribunal où Charles Taze Russell est, entre autres, accusé de cruauté mentale envers son épouse.

D'ailleurs, Russell semble collectionner les déboires juridiques et fut même trouvé coupable de parjure.

Dès 1892, à l’intérieur de la société, les discussions sur la gestion dictatoriale de Russell refont surface ainsi que sur son zèle presque obsessif à récolter le maximum d’argent, surtout par la vente de ses livres. Dans la même période, Russell est accusé d’avoir escroqué un auteur-collaborateur de ses publications.

La fraude du blé-miraculeux
En 1908, Russell annonce de la découverte d'un blé-miraculeux supposé offrir des rendements extraordinaires, neuf fois supérieurs au blé courant. Naïvement, les membres de la société achètent alors à Russell ce supposé blé-miraculeux à un prix exorbitant, dépassant de 60 fois le prix régulier.

Mais peu de temps après, en mars 1911, le journal Brooklyn Daily Eagle révèle la fraude et accuse publiquement Russell d'escroquerie. Ce dernier ripostera avec une procédure judiciaire en diffamation contre le journal mais perdra sa cause.

Russell aimait également à porter des gants dont il disait qu'ils pouvaient guérir n'importe quelle maladie!

 

Adhésion à la franc-maçonnerie
Dans leurs publications, les Témoins de Jéhovah dénoncent la franc-maçonnerie alors que leur propre leader en était justement membre! C'est d'ailleurs Russell lui-même qui l'admet dans une allocution en 1913.

Après la mort de Russell, des révélations éclatent concernant l’appartenance de Charles Taze Russell à la franc-maçonnerie, laquelle fut révélée entre autres, sous la plume d’Edith Star Miller en 1933 dans Occult Theocracy (page 737) et également par l’écrivain Fritz Springmeier dans un essai intitulé The Watchtower & the Masons

En effet, dès son jeune âge, Russell aimait à fréquenter une loge maçonnique située près du magasin de son père. De plus, il était connu, de son vivant, que Russell fréquentait les milieux maçonniques et utilisait même certains de leurs symboles, comme celui de la croix et la couronne, représentant le 33e degré de la haute maçonnerie. Les premières conférences de Russell, de 1903 à 1908, furent même données dans des temples maçonniques (ex. : l’invitation suivante, publiée à la page 96 du Speakers Itinaries, Watchtower Bible & Tract Society 1901-1916: « Les réunions de l'après-midi ... se tiendront au Temple Maçonnique, cor. Wayne and Clinton Sts. »)

 

Logo couronne

 Symbole  maçonnique de la croix et de la couronne

 

Russell étalait lui-même la chose au grand jour : ainsi, pour la page couverture de son Studies in the Scriptures, Russell plaça le sigle du Dieu trinitaire Égyptien Winged-Sun-Disk, un autre symbole du 33e degré franc-maçon.

Dans la revue La Tour de Garde du 15 juin 1895, Russell mentionne que « La majorité des sociétés secrètes sont seulement bénéfiques et n’ont pas de plans contraires au bien-être public général. » 

À l’audition des sermons de Russell, les fidèles étaient souvent étonnés de sa connaissance avancée des principes maçonniques ainsi que la terminologie analogue évoquée dans le contenu des discours. Russell a même affirmé être un maçon dans un sermon intitulé The Regeneration of Churchand World  prononcé le 22 janvier 1915 au temple de New York.

 

Vers la fin du XIXe siècle, Russell afficha plusieurs fois son appui aux sionistes et manifesta publiquement son soutien à la famille Rothchild.

 

Charles Taze Russell meurt le 31 octobre 1916 dans un train à Pampa au Texas, à l'âge de 64 ans. À sa demande, il fut inhumé le jour de l’Halloween, vêtu d’une toge romaine (tenue des hauts gradés et symbole de Lucifer dans la franc-maçonnerie) sous une pyramide en granite coiffée du symbole du 33e degré de franc-maçonnerie dans un cimetière maçonnique de la ville de Pittsburgh. 

Pyramide

Tombe de Charles Taze Russell

 

Logo

Logo du 33e degré maçonnique au haut de la pyramide

 

Devant Jésus-Christ lui-même, Charles Taze Russell a eu à répondre d’avoir égaré des millions de personnes dans des erreurs qui sont encore diffusées aujourd’hui et que vous proposent les fidèles de cette secte hérétique quand ils frappent à la porte de vos maisons.

 

Joseph Franklin Rutherford

Le successeur de Russell ne fut guère mieux que lui, du moins sur le plan moral. Juriste de profession et fanatique du Ouija, J.F. Rutherford  a des relations tumultueuses avec Russell qui recommande même de s'en méfier. Rutherford prend pourtant le contrôle de la Watch Tower après la mort de Russell. À peine entré en poste, il s'empare de la fortune de la secte qu'il utilisera surtout à des fins personnelles comme en font foi ses luxueuses propriétés de San Diego et de Brooklyn ainsi que ses deux Cadillac. Alcoolique invétéré, il sème souvent le scandale par son comportement de voyou et court les boîtes de strip-tease. Il est souvent trop saoûl pour faire ses soirées de prédication. Il trompe son épouse avec deux femmes en même temps (Bonnie Boyd et Vera Peal) et on lui attribue encore plusieurs autres maîtresses. Il meurt dans des circonstances nébuleuses (ses proches parlent d'un suicide)  en 1942.

On ne compte plus les scandales sexuels dans la secte, particulièrement dans les hautes sphères d'une hiérarchie entachée par de nombreux cas d'homosexualité et de pédophilie, que la secte dissimule pour protéger leurs intérêts. Encore dans les années 90, un des membres les plus importants de la secte, un Norvégien, agresse sexuellement plus de 13 enfants sans que les Témoins de Jéhovah ne fasse rien pour mettre fin à ses crimes. En 2002, le New York Times cite un ancien membre de la haute hiérarchie parlant de 23 700 cas de pédophilie recencés dans la secte!

Rutherford avait plusieurs contacts chez les franc-maçons qui finance la secte uniquement pour semer le trouble dans les églises catholiques. Rutherford voue une telle haine aux catholiques qu'il ordonne aux membres de la secte de distribuer des tracts à la porte des églises et même devant les cimetière, lors d'enterrements. Une lettre datant du 27 décembre 1922, déposée devant des instances juridiques, montre explicitement que les franc-maçons entendent se servir des témoins de Jéhovah pour réduire le nombre de catholiques.

 

En 1918, aux lendemains de la Première Guerre mondiale, Rutherford fut reconnu coupable d'avoir collaboré avec l'ennemi. Dans les bureaux de la Watch Tower de Brooklyn, on trouve des radios émétteur-récepteur et des antennes sur le toit, équipement qui sert à lka secte pour communiquer avec l'allemagne.  En 1976, un responsable de la Watch Tower, Conrad Frank, affirma que durant la Deuxième Guerre mondiale, les Témoins de Jéhovah supportèrent Hitler et participèrent même aux célébrations du IIIe Reich. Les Le 25 juin 1933, les Témoins de Jéhovah organisèrent un immense congrès dans une salle décorée avec des croix gamées. Pour se défendre, Rutherford affirmait que si Jésus avait vécu ces événements, il aurait sûrement pris le parti des Allemands!

 

Les archives montrent que lors de Deuxième Guerre mondiale, les dirigeants des Témoins de Jéhovah n'hésitaient pas à dénoncer leurs propres membres pour plaire aux Nazis. Heinrich Himmler, qui n'avait aucun respect pour eux, considéraient cependant qu'ils représentaient une arme potentielle pour déstabiliser l'Union soviétique. Aussi commanda-t-il qu'on place des Témoins de Jéhovah dans les prison où l'on trouvait des détenus soviétiques.

 

Intruments favoris des Franc-maçons comme éléments de déstabilisation, les Témoins de Jéhovah furent envoyés pour semer le trouble au Zimbabwe, en Zambie, au Malawi et au Zaïre.

 

La bible des Témoins de Jéhovah traduite par un adepte de spiritisme

La "Bible" des Témoins de Jéhovah fut écrite par Frederick William Franz, Nathan Knorr, George Gangas et Albert Schroeder, tous les quatre ayant en commun leur faiblesse ou leur absence de toute formation académique. Franz aimait bien côtoyer un spirite du nom de Johannes Greber dont il s'inspira pour réécrire la Bible. Par la suite, le texte fut changé à des multiples reprises pour l'adapter à la philosophie de la secte. Un des textes qui sert de référence est une traduction de Johannes Greber, qui réalisa son travail avec l'aide d'un médium. Les leaders de la secet utilisent les techniques du contrôle mental et de manipulation de l'esprit (par la répétition et récitation constante de divers textes) pour garder leurs fidèles en captivité. On leur laisse le mons de temps libre possible et on leur recommande aux adeptes de ne pas fréquenter le monde extérieur (de peur que soient exposées leurs fumisteries!)

Deux des plus importants leaders des Témoins de Jéhovah, Walter H. Bundy et Edwin Bundy, sont issus de la célèbre famille Bundy, qui forme une des lignées sataniques les plus importante de l'histoire.

 

Les prédictions trompeuses et farfelues

Les Témoins de Jéhovah ont prédit la fin du monde pour 1914, 1915, 1918, 1941 et 1975. Maintenant, ils la prédisent pour 2034. Les doctrines, traductions, prophéties et théories des Témoins de Jéhovah ne se retrouvent nulle part dans les véritables versions de la Bible.

Les leader de la secte, tous adpete de la franc-maçonnerie, utilisent les techniques du contrôle mental pour asservir leurs membres, les couper de leurs liens sociaux et les robotiser pour essentiellement nuire à l'Église catholique.

 

Quand ils se présentent à vous, ne discutez pas de versets bibliques avec les Témoins de Jéhovah mais rappelez-leur sans cesse et de façon obstinée la vie personnelle pathétique de l’hérétique maçon, fraudeur, impudique et violent qui leur a indiqué la marche à suivre et qui leur sert encore d’inspiration.