Luther, Calvin et Zwingle: des modèles à suivre?

Devant les roucoulements du Pape François, faisant l'éloge du plus grand hérétique de tous les temps, Martin Luther (Suède, octobre 2016) (1), devant l'avilissement de certains cardinaux et évêques pour minauder les protestants, il importe, plus que jamais de regarder de plus près la véritable nature de ces supposés grands réformateurs qui, séparés de la seule Église fondée par Jésus-Christ, ont multiplié les efforts pour perdre les âmes. Qui sont donc ces odieux responsables d'un carnage mondial qui se poursuit encore aujourd'hui, et devant lesquels l'Église conciliaire (2) multiplie les courbettes?

(1) note: le Pape François n'est pas le premier pape à rendre "hommage" aux hérétiques. Jean-Paul II avait visité un temple luthérien pour le 500e anniversaire de la naissance de Martin Luther, en 1983.

(2) L'expression "Église conciliaire" fut utilisée par Jean-Paul II dans Redemptor hominis.

 

     306 bergoglio01 1

16 juin 2014: le Pape François reçoit la "bénédiction" de l'anglican Justin Welby,

qui se croit archevêque mais dont l'ordination ainsi que tous les sacrements sont invalides.

 

Le protestantisme est une corruption de la conscience ne cherchant qu'à blasphémer l'Église et lui faire la guerre. Chacun croit ce qu'il veut et fait comme un peu comme il l'entend. Ce sont des cultes sectaires de fabrication humaine, sans lien divin, souvent en désaccord les uns avec les autres, mais toujours basés sur la négation et la renonciation. Sa pensée ulcéreuse est un abîme qui repose sur des fondements honteux et sur une nature perverse. "L'hérésie est le péché contre la foi ; c'est la révolte volontaire et obstinée contre l'enseignement divin de l'Église de Jésus-Christ. L'hérésie bouleverse l'ordre établi de Dieu, et sépare l'homme de la grande famille catholique qui est, sur la terre et dans le ciel, la famille de Dieu." - Mgr de Ségur

Il en fait, il y a autant de protestantismes qu'il y a de protestants: "Croyez tout ce que vous voudrez en matière de religion ; ne croyez même rien du tout, si cela vous va mieux; soyez honnête homme selon le monde; lisez ou ne lisez pas la Bible; allez ou n'allez pas au temple; n'oubliez pas de souscrire à deux ou trois des sociétés bibliques et évangéliques, et surtout détestez l'Église catholique : vous serez un bon protestant." - Mgr de Ségur.

Le protestantisme est une révolte contre la vérité. "Chez les protestants, chacun croit comme il veut et vit comme il croit; c'est l'anarchie religieuse, c'est l'opposé de l'unité. Ils ne sont unis que sur un seul point : la haine du catholicisme. Le protestantisme est commode pour vivre; c'est une raison pour qu'il soit terrible d'y mourir." - Mgr de Ségur

Il n'y a aucune église protestante. Il n'existe que des sectes éparses qui ont chacune leur propre doctrine trompeuse. "Le protestant rejette l'Église, méprise son autorité et, ne connaît que la Bible, qu'il interprèete comme il peut et comme il veut." - Mgr de Ségur

Seule l'Église catholique mérite de porter le nom d'"église". Deux religions opposées - celle fondée par Jésus-Christ et celle fondée par Martin Luther, ne peuvent être vraies toutes les deux. Celle qui se trompe, ne serait-ce que sur un seul point, ne saurait se prétendre "vraie".

"Depuis Luther et Calvin , Zwingle, Oecolampade , Bucer, etc., qui furent tous des ecclésiastiques interdits pour leurs vices, des prêtres ou des religieux défroqués, les mauvais prêtres, marchant sur leurs traces, se jettent instinctivement dans les bras du protestantisme, et y trouvent sympathie et protection. Ils étaient l'opprobre et la lie de l'Église catholique, ils deviennent, sans transition, ministres du pur Évangile. On les écoute, on les honore, on les applaudit; plus que cela, on fait parade de leur apostasie, et ce que rejette avec dégoût la sainte Église, les sectes protestantes s'en glorifient comme d'un trophée de victoire." - Mgr de Ségur

 

La vérité sur les "réformateurs"

Est-il vraisemblable que Dieu ait choisi des hommes comme Luther, Calvin, Zwingle ou Henri VIII pour réformer son Église? Dieu peut-il avoir élu Luther, un moine apostat obsédé sexuel, Calvin, un autre moine défroqué, se démarquant, quant à lui, par ses vices contre-nature, Zwingle, un curé qui faisait fierté d'avoir une amante ou Henri VIII, qui coupa la tête de six de ses femmes?

"Jamais, jamais le monde ne vit, dans un même siècle, une collection de misérables tels que Luther, Zwingle, Calvin, etc. ; le seul point de doctrine sur lequel ils étaient d'accord était l'inulilité des bonnes oeuvres, et leur vie sert à prouver combien ils étaient sincères dans ce principe. "  - Histoire de la Réforme" protestante en Angleterre et en Irlande, William Cobbett (historien protestant), 1826.

Jetons un regard sur ce Luther, honoré par le Pape François en octobre 2016, dans un des pires gestes de l'histoire de l'Église concilaire de Vatican II? Martin Luther (1483-1546) fut ordonné prêtre en 1507. Il apostasia et vécut en concubinage avec une religieuse également défroquée, Catherine de Bora, qu'il épousa dans une union sacrilèege en 1525. Obsédé sexuel invétéré, il était également omnibulé par les plaisirs de la table. Il se disait satanisé, insatanisé, sursatanisé, et qu'on devait absolument désespérer du salut de son âme. Grossier notoire, il abreuvait d'insultes tous ceux qui lui demandaient de réaliser un miracle pour prouver que sa doctrine venait de Dieu. Thomas More parlait de Luther en le nomment le polisson des latrines. Luther recommandait l'assassinat du pape et des cardinaux.

En 1526, le prince Philippe, landgrave de Hesse, demande à Luther la permission d'avoir deux épouses. Sachant parfaitement l'irrégularité de cette situation, Luther choisit plutôt de protéger son capital politique et permet au prince de se marier, mais en secret: "Si Votre Grâce est entièrement résolue d'épouser une seconde femme, nous jugeons qu'elle doit le faire secrètement, c'est-à-dire qu'il n'y ait que la personne épousée et peu d'autres personnes fidèles qui le sachent, et en les obligeant au secret sous le sceau dela confession." (10 décembre 1539)

Il acheva sa triste vie en se suicidant, ivre, au terme d'une orgie.

La théologie de Luther reposait sur trois principes hérésies:

a) le Salut comme don libre venant de Dieu;

b) la Foi seule sans les œuvres (Sola Fide) ;

c) l’Écriture seule (Sola scriptura).

 

Paroles de Luther:

- "Aucun péché ne nous séparera de l’Agneau, même si nous nous engageons à la fornication et assassinons des milliers de fois par jour. "

- "Pèche fortement, mais crois plus fortement encore." (Lettre à Mélanchton, 1er août 1521)

-  " J'affirme que tous les lupanars, les homicides, les vols, les adultères sont moins mauvais que la messe."

- "Je n'ai pas de meilleur auxiliaire que la colère."

- "Puisque je ne puis prier, je puis au moins maudire."

 

Voici, à propos de Luther, ce qu'en disait le Français Jean Calvin (1509-1564), un autre moine défroqué et converti en 1533 aux idées de Luther, se démarquant, lui, par son immoralité et ses moeurs contre-nature: "Véritablement, Luther est fort vicieux; plût à Dieu qu'il eût prit soin de réprimer davantage son incontinence! Plût à Dieu qu'il eût songé davantage à reconnaître ses vices !"

Le pasteur luthérien norvégien Knud Krogh-Tonning (1842-1911), qui croyait - tout comme le Pape François - que Luther était un brillant réformateur, découvit la vérité en lisant les écrits de l'apostat: "J'étudiai les écrits de Luther comme les sources authentiques de l'histoire de la Réforme, et j'y trouvai quantité de choses qui provoquèrent ma répulsion. C'est surtout dans ses principes moraux que je rencontraoi matièere à mes plus vives répugnances. Son sermon Sur la vie conjuguale était pire que je n'avais pensé, et produisit en moi la plus vive indignation." Le pasteur Krogh-Tonning jeta aux ordures le portrait de Luther qu'il gardait dans son bureau et rejoint l'église catholique le 13 juin 1899.

Calvin fut qualifié de violent et de pervers par Volmar, un de ses professeurs qui voyait là des qualités essentielles pour propager l'hérésie protestante. Calvin considérait que jouer aux cartes était un péché plus grave que la calomnie contre le prochain. Il qualifiait la fraude, le mensonge et l'indécence comme étant des péchés de moindre importance.

Un jour, Calvin tenta de convaincre la population d'un petit village en réalisant un faux miracle. Malheureusement le coup manqua. Il proposa à un pauvre ouvrier, pour un peu d'argent, de jouer à faire le mort, afin d'être "ressuscité" ensuite. Au début, l'ouvrier refusa mais il se fit convraincre par sa femme qui invoquant les besoins de ses nombreux enfants. Effectivement, arriva une journée où l'on annonça, au village, la mort de l'ouvrier. On prévint rapidement Calvin qui s'amena suivi d'une foule curieuse à laquelle il avait annoncé cette preuve postiche de sa mission. Or la justice de Dieu avait réellement frappé l'ouvrier complice et, le trouvant vraiment mort dans son lit, Calvin faillit lui-même mourrir de peur. "Cette histoire est connue de tous et parfaitement authentique", affirme Mgr de Ségur.

Continuons sur Luther. cette fois, l'opinion d'un autre hérétique célèbre et grand leader du protestantisme, Ulrich Zwingle (1485-1531), curé de Zurich, chassé de sa paroisse pour raison de débauche: "Quand je lis un livre de Luther,il me semble voir un pourceau immonde grogner en flairant parci par-là les fleurs d'un beau jardin ; c'est avec la même impureté, la même ignorance de la théologie, la même inconvenance, que Luther parle de Dieu et des choses saintes." Grand ennemi de la Sainte Vierge, c'est Zwingle qui retira l'habit aux moines, amena le principe hérétique que la Cène n'était qu'un mémorial sans la présence réelle de Jésus-Christ. C'est également lui qui recommanda qu'on retire les images des églises, tout en recommandant que l'ancienne liturgie soit remplacée. Plusieurs de ses idées furent acceptées lors du concile Vatican II. Phrase célèbre de Zwingle: "Si l'on vous dit que je pèche par orgueil, par gourmandise et par impureté, croyez-le sans peine; car je suis sujet à ces vices et à bien d'autres encore."

 

"Luther, Calvin, Henri VIII, paient à la justice divine tous les crimes, toutes les révoltes contre l'Église qui se commettent journellement à cause d'eux en Allemagne, en Angleterre et dans les autres royaumes. Quels châtiments pleuvent sans cesse sur eux, et continueront à pleuvoir, en ajoutant toujours davantage aux supplices qu'ils souffrent déjà, tant que les peuples qu'ils ont perdus continueront à marcher dans les voies où ils les ont engagés!"                     - (Saint Léonard de Port-Maurice, Sermon sur le scandale)

 

Effets du protestantisme à Vatican II

N'oublions pas que c'est plaire aux hérétiques - but avoué par Mgr Bugnini - que l'on remplaça, à Vatican II, le culte le plus honorable qui puisse être - la noble messe traditionnelle latine - par le rite vide et insignifiant du Novus Ordo.

Le culte protestant - l'assemblée des fidèles - n'est guère mieux, baignant lui aussi, dans le vide et le mensonge constant qui trompe un lot phénoménal de fidèles parfaitement bien intentionnés. On y enseigne que la foi seule sauve, ce qui totalement faux. Rien ne sort donc de ce culte qui ne sert qu'à priver les fidèles des riches consolations offertes par les sacrements et des éléments nécessaires à leur secours et à leur salut, seulement offerts chez les catholiques. On y célèbre un culte sans substance divine dans des temples d'une désespérante nudité.

On appelle les célébrants "ministres" car ils ne peuvent se présenter comme prêtres. En effet, seuls ceux qui descendent directement de la lignée apostolique et qui sont validement ordonnés par un évêque catholique peuvent porter le nom de prêtre. Chez les protestants, il n'y a donc aucun prêtre et encore moins de femmes prêtres. Toutes les supposées ordinations protestantes sont invalides et chacun de leurs sacrements nuls et sans effet.

 

note: article inspiré des Causeries sur le protestantisme d'aujourd'hui (Mrg Louis-Gaston de Ségur (1867). Téléchargement gratuit sur Google Books à cette adresse: https://books.google.ca/books/about/Causeries_sur_le_protestantisme_d_aujour.html?id=zAkqAAAAYAAJ&redir_esc=y