L' Armée de Marie

De l'hérésie extrême à la pure bouffonnerie...

Dans les derniers temps, quelques-uns abandonneront la foi, s'attachant à des esprits d'erreur, et à des doctrines de démons. (1 Tim, 4-1)

 

Parmi toutes les sectes se donnant des airs de catholicité, l’Armée de Marie détient certainement le championnat toute catégorie des pires hérésies dont la majorité dépasse largement ce que l’imagination de l’esprit le plus tordu peut concevoir.

Aucune secte, dans toute la province de Québec, ne peut revendiquer le triste exploit d’avoir réussi à capturer autant de fidèles de bonne foi dans ses filets, catholiques souvent déçus des extravagances vulgaires de l’Église de Vatican II et attirés par le faux mysticisme d’une doctrine aux fondements résolument surréalistes.

Si l’on peut s’indigner du nombre et du niveau exceptionnel des dérives théologiques de l’Armée de Marie, on doit davantage se scandaliser de la crédulité stupéfiante des pauvres fidèles dont la naïveté est presque révoltante.

L'Armée de Marie a été fondée au Canada par Marie-Paule Giguère, le 28 août 1971, à Lac-Etchemin. Quatre ans après sa fondation, l’œuvre fut reconnue et approuvée comme association pieuse catholique par le cardinal Maurice Roy, archevêque de Québec et primat de l'Église du Canada, titre qui sera révoqué par son successeur, le cardinal Louis-Albert Vachon, 12 ans plus tard.

En 1979 s’amène alors un Belge du nom de Marc Bosquart. Théologien auto-proclamé, Bosquart, qui a toujours rêvé d’être roi, voit immédiatement dans l’Armée de Marie l’occasion de réaliser ses ambitions mégalomanes. À ce moment, Marie-Paule Giguère est une femme divorcée, délaissée et émotivement vulnérable. L’occasion est trop belle pour Bosquart et, peu de temps après avoir fait la connaissance de Mme Giguère, il ne tarde pas à lui exposer des prétendues révélations privées qu’il prétend recevoir du Ciel et dont l’objet n’est rien de moins que la… divinisation de la fondatrice de l’Armée de Marie!

Pressentant – avec raison - un danger pour son œuvre, Mme Giguère repousse les écrits de Bosquart, qu’elle rature de croix marquées au crayon. Mais Bosquart se montre insistant et parvient finalement à convaincre la fondatrice. Ce triste moment marquera le point de départ d’une chute vertigineuse pour l’œuvre de Marie-Paule Giguère, qui perdra toute sa crédibilité pour se terminer ultimement par l’excommunication lamentable de tout le mouvement. Par la suite, le groupe prit une allure de secte dans laquelle il s’enfonce davantage au fil des années.

Le fondement de l’Armée de Marie
Tout le fondement de l’Armée de Marie repose sur un écrit qui porte pour titre Vie d’amour, racontant l’expérience personnelle de Marie-Paule Giguère, œuvre monumentale publiée en 15 volumes, lesquels sont, bien sûr, à vendre (note : voir l’onglet sur les règles de crédibilité des voyants sur le présent site). Il est intéressant de savoir que quelques anciens hauts-placés du groupe ont déjà affirmé que Vie d’amour n’était pas une œuvre authentique, les écrits de Marie-Paule Giguère étant retouchés par une équipe de reviseurs qui accordaient le discours narratif aux orientations de la secte. C’est ainsi que Vie d’amour se retrouve bourré de propos hystériques du genre :
"… tandis qu'il y a de Dieu, une seule Incarnation en Jésus-Christ, il y a par contre, de l'Immaculée une première incarnation en Marie et une deuxième Incarnation, soit une Réincarnation en Marie-Paul, ainsi que le déclare personne d'autre que le Seigneur Lui-même". (Vie d'Amour, Vol I, page 328)

L’Armée de Marie se présente également sous le label de la "Communauté de la Dame de tous les peuples", dénomination empruntée à un groupe des Pays-Bas réuni autour d'Ida Peerdeman, voyante des apparitions d'Amsterdam. Après avoir visité Ida Peederman, vers la fin des années 70, Marie-Paule Giguère prétendit tout à coup avoir exactement les mêmes visions (!)  et chercha même à s’associer à Mme Peederman. Mais la voyante d’Amsterdam, s’apercevant de la manigance, eut vite fait de qualifier Marie-Paule Giguère de « fausse voyante » et se désengagea publiquement de tout lien avec elle  (réf. : http://www.de-vrouwe.info/fr/communique-concernant-lqarmee-de-marieq-2007).

Depuis 2000, les activités de la secte de l’Armée de Marie, dont leur liturgie - inspirée du Novus Ordo - se déroulent dans un centre immense et luxueux appelé Spiri-Maria et qui est situé au Lac Etchemin.

En 2001, une note doctrinale des évêques catholiques du Canada, approuvée par la Congrégation pour la Doctrine de la Foi, portait une mise en garde explicite contre les enseignements théologiques de la secte à l’effet qu’ils sont « contraires à la doctrine catholique sur des points fondamentaux. »

La théologie de Bosquart : un melting-pot indigeste
L’analyse de la théologie de Marc Bosquart montre à quel point ce dernier n’a aucun scrupule à piger indistinctement dans à peu près tous les courants de pensée et même dans les autres religions pour construire ses propres théories qu’il prétend ensuite d’inspiration divine.

Sur une base fortement moderniste inspirée de Vatican II, on retrouve, en plus, des notions de théosophie, d’hindouisme, de new-âge et même de l’islam. Pour créditer ses thèses, Bosquart repique à son avantage les visions de Maria Valtorta et d’Anne-Catherine Emmerick, utilise les apparitions de la Salette, de Fatima ou de Garabandal et se sert à peu près de tout en l’adaptant à la sauce « Marie-Paule ».

Pour convaincre les membres de la secte, il suffit à Bosquart de dire que « cela vient d’en haut », expression qu’il utilise chaque fois qu’il en a besoin, avec un total succès… puisque personne lui demande jamais de prouver ses affirmations. Les rares qui ont osé le faire ont été stupéfaits devant son incapacité à se justifier autrement que par ses « indications du Ciel » invérifiables.

La foi catholique repose sur le récit de personnes crédibles qui ont connu Notre Seigneur Jésus-Christ dans sa vie terrestre et qui furent témoins de sa résurrection. L’apôtre Jean fut le dernier témoin vivant, et c’est donc avec lui que se termine la Révélation. Aucun visionnaire crédible n’a jamais rien ajouté au dépôt de la foi. Mais, pour Bosquart, l’Église « n’a pas encore tout dit », ce qui lui permet donc d’inventer n’importe quoi, entre autres, la délirante notion de "quinternité" (Père, Fils, Saint Esprit, la Mère et… Marie Paule Giguère!). Bosquart développe même son propre credo : « Je crois qu’Elle (la Vierge Marie) s’est incarnée jadis en Marie, Mère de Jésus-Christ Rédempteur; qu’Elle s’est réincarnée en Marie-Paule en vue de la Co-Rédemption de l’humanité; qu’elle a vécu une Vie d’Amour analogue à celle du Christ et qu’elle a mérité d’être divinisée. »

La doctrine de la secte de l’Armée de Marie repose sur un principe gnostique bien connu, l’Église de Jean (sensée succéder à l’Église de Pierre actuelle), et dont le patriarche, dans la secte, est Pierre Mastropietro (alias Padre Jean-Pierre), qui fut nommé « Père » de cette supercherie en 2006 par Marie-Paule Giguère elle-même. Natif de Montréal, autrefois prêtre catholique et dont les actions et les bizarreries étaient déjà dénoncées dans son diocèse, Mastropietro mime, depuis, le rôle d’évêque dans la secte et procède à une panoplie d’actes qui ont tous en commun la triste caractéristique d’être totalement invalides. C’est lui qui promulguera, entre autres, la notion de « Marie-Paule Giguère en tant que Co-Rédemptrice » comme étant un dogme.

En 1981, toujours obsédé par ses idées mégalomes de royauté, Marc Bosquart annonce à Marie-Paule Giguère qu’il est appelé à effectivement devenir roi par un ordre de Dieu. Pour une des rares fois, certains fidèles s’interrogent mais, pour étouffer le questionnement, les ténors de la secte annoncent que «tout était connu mais gardé secret». Puis, au bon endroit et au bon moment, on trouve alors une lettre mystérieuse annonçant que Bosquart… deviendra roi! Et voilà donc toute l'affaire réglée! Pierre Mastropietro, qui n’en est plus à une frasque près, sacre donc Bosquart en tant que "Marc-André 1er" dans une célébration d’un rare niveau de ridicule, retirée du site internet de la secte peu de temps après sa diffusion.

La même année, poussant encore plus loin le culte idolâtre de la personnalité de la Marie-Paule Giguère, les autorités de la secte la déclarent « docteur de l’Église ». Plus rien ne semble arrêter Bosquart qui déclare ensuite que Marie-Paule Giguère est présente avec Jésus dans l’hostie (note :  « … Marie-Paul se trouve désormais dans l'Eucharistie au même titre que Jésus-Christ », dans le Rédempteur et la Co-Rédemptrice, page 362). Interrogé sur la question, Bosquart est encore incapable de se justifier : « Mais qu’en savons-nous? C’est peut-être vrai, mais cela n’a jamais été démontré. »

Dans le même livre de Boscart, les élucubrations hérétiques se succèdent à un rythme toujours plus effréné: « Et Marie-Paul, alors, peut bien porter la Présence réelle, puisqu'elle est elle-même, cette Présence  réelle » (page 364);  « … le Magnificat… et qui ne se rapporte pas tant à Marie Mère de Dieu qu'à Marie Mère du Royaume en Marie-Paul. (page 233); « Oui le corps de Marie-Paul est le corps du Christ !… Oui le sang de Marie-Paul est le sang du Christ !… de même que, grâce au sacerdoce du prêtre, les substances matérielles que sont le pain et le vin deviennent le Corps et le Sang du Christ, de même, grâce au sacerdoce mystique de Marie-Paul, les substances matérielles que sont son propre corps et son propre sang sont devenues le Corps et le Sang du Christ ».

Sans surprise, l’on constate que les supposées indications « d’en-haut » sont toujours à l’avantage de Bosquart et ne font qu’ajouter à sa notoriété personnelle ou sa capacité d’action.

Dans un autre des élans d’enthousiasme incontrôlables de la secte, la fête de la Trinité est soudainement remplacée par la «Fête de la quinternité»!

En avril 2007, après plusieurs avertissements, le cardinal Marc Ouellet excommunie l’Armée de Marie ainsi que tous ses membres, décision qui sera confirmée par la Congrégation pour la doctrine de la foi. À partir de ce moment, tout ce qui touche à l’Armée de Marie, y compris ses membres, sont considérés schismatiques et hors de l’Église catholique. Cet état de chose existe encore aujourd’hui.

Quand on pense avoir tout vu, les dirigeants de la secte réussissent toujours à créer une nouveauté qui rivalise avec tout ce qui s’était fait auparavant. Les choses deviennent de pire en pire, dans la secte, une des plus spectaculaires étant la production de faux miracles ridicules, grossièrement scénarisés par les leaders du mouvement, toujours dans le but de mystifier les fidèles. Ainsi, quand on s’aperçoit qu’une prédiction de Marie-Paule Giguère n’arrivera pas, on crée alors un événement pour lui donner raison. Ajoutons, à la fumisterie, la malfaisante habitude d’attribuer systématiquement à Marie-Paule Giguère des guérisons réussies par les moyens médicaux parfaitement ordinaires.

Comme toujours, les fidèles, béats, ne posent aucune question.

À l’Armée de Marie, des « catéchètes » sans aucune formation enseignent aux enfants que Marie-Paule Giguère est la réincarnation de la Vierge Marie et que Marc Bosquart est le roi de l’Église.

Dans la secte, il est de bon ton d’associer la notion de souffrance héroïque même aux actions les plus anodines. Puis, on crie continuellement à la pauvreté bien que cinq divisions fort lucratives et relevant de l’Armée de Marie soient inscrites au Ministère du Revenu dont une sous le nom d’Armée de Marie inc. On stimule les membres à faire des legs testamentaires et même de céder leur maison au profit de la secte. Bien que l’on prétende à la pauvreté, le centre Spiri Maria est composées d’immenses terrains d’une impeccable propreté sur lesquels on retrouve des bâtiments de grand luxe.

Spiri maria 2

Le centre Spiri Maria, sensé inspirer la simplicité et la pauvreté

 

L’Armée de Marie ne semble pas connaître de limite à son indescriptible dérive. En 2008, Marie-Paule Giguère est déclarée « Souveraine de la terre » et la secte commence même à procéder à ses propres canonisations (dont celles de donateurs importants, bien évidemment). Le ridicule est atteint, en 2009, avec la canonisation de Marie-Paule Giguère, alors qu’elle est encore vivante! On dit alors aux membres de la secte qu’ils ne sont plus des chrétiens mais des… Pauliens!

 

"Vous ne craignez donc pas que Dieu vous extermine, à la vue de ses enfants que vous avez perdus ? Vous ne craignez pas, en vous faisant adorer comme autant d'idoles, d'attirer sur vous son éternelle malédiction? Maudite l'idole fragile, à qui on donne le nom de Dieu!"    - (Saint Léonard de Port-Maurice, Sermon sur le scandale)

 

Marie-Paule Giguère décède à l'âge de 93 ans, le 25 avril 2015. L’année suivante, Bosquart décide d’intégrer le nom de celle-ci au canon de la messe, commettant une hérésie blasphématoire de plus dans une liste déjà bien garnie.

Terminons par cette mise en garde explicite aux vrais catholiques, extraite de la note doctrinale des évêques catholiques du Canada concernant l’Armée de Marie:

« Les activités et les enseignements de l'Armée de Marie comportent des dangers réels pour l'Église catholique au Canada et pour la foi de ses membres. En raison de ces faits et de la menace continue de division pesant sur l'intégrité et l'unité de la foi catholique au Canada, par la présente, les évêques canadiens déclarent et informent tous les fidèles de l'Église catholique au pays, que l'Armée de Marie, même si celle-ci soutient le contraire, ne peut pas être considérée comme une association catholique. »

De toute cette supercherie vulgaire qu’est l’Armée de Marie, il faut retenir ceci :
- l’Armée de Marie est une secte idolâtre hérétique et ses actions ou enseignements sont en contradiction avec le magistère catholique;
- le culte de la personnalité de Marie-Paule Giguère est un péché grave contre le 1er commandement de l’Église;
- l’épiscopat de Jean-Pierre Maestoso est totalement invalide est chacun de ses actes sont nuls et non avenus;
- l’ordination de tous ceux qui pensent être prêtres à l’Armée de Marie est invalide, et chacun des actes qu’ils posent sont sans effet (ex.: consécration , confession, etc.);
- les messes de Spiri Maria sont invalides et officiées par des hommes qui ne sont pas validement prêtres;
- les changements au canon de la messe pour y introduire le nom de Marie-Paule Giguère constituent une hérésie grossière relevant d'une révoltante vulgarité;
- la théologie de Marc Bosquart, inventée par lui-même et sans aucune inspiration spirituelle, est essentiellement gnostique, fortement anti-catholique et constitue une véritable moquerie aux yeux de Dieu.

 

L’histoire de Marie-Paule Giguère n’est pas sans rappeler celle de Madeleine de la Croix (1487-1560), une franciscaine qui s’était acquis une grande réputation de sainteté. Estimée et honoré autant par le peuple que par les notables et même certaines autorités de l’Église, elle prétendait avoir des visions, des extases et posséder le don de prophétie. On venait de partout pour la rencontrer et lui demander conseil. Son sens des affaires, entre autres, était prodigieux. Sa réputation était telle qu’on rédigea sa biographie alors qu’elle était encore vivante. Par pure vanité et pour entretenir sa réputation avantageuse, Madeleine de la Croix se lança dans la réalisation de faux miracles. Elle singeait, entre autres, les stigmates en se faisant elle-même des plaies aux mains, aux pieds et au côté.

Madeleine de la Croix se livra ainsi à une formidable supercherie qui dura pendant plus de 38 ans, jusqu’à ce que ses collègues religieuses découvrent l’imposture et en avertissent leur supérieure. Affectée par la maladie et rongée par le remords, Madeleine de la Croix fit des aveux oraux et écrits de son immense supercherie et avoua même avoir passé un pacte avec le démon en échange de la faveur de passer pour une sainte. Elle fut condamnée par les tribunaux et passa le reste de sa vie au couvent, à faire pénitence.

Plus récemment, en décembre 2005, une portoricaine du nom de Gladys Miranda recevait un avertissement canonique, aprèes plusieurs mises en garde, pour son obsession à essayer de faire croire aux membres de sa secte qu'elle est la Vierge Marie.

Tant qu'il y aura des naïfs pour croire ce genre de folies...

 

Pour préserver la vraie foi catholique, protéger son salut et par devoir de ne point offenser gravement Notre Seigneur Jésus-Christ, tout catholique sérieux doit éviter inconditionnellement de participer aux activités de l’Armée de Marie.

 

Il y a un seul Dieu et une seule religion pour le reconnaître et lui obéir. Une seule qui soit vraie et légitime et une seule qui puisse dire la vérité. Jésus-Christ ne peut approuver un enseignement contraire à celui qu’il a transmis à ses apôtres et perpétué seulement par l’Église catholique traditionnelle. La théologie de Marc Bosquart, diffusée dans l’Armée de Marie, dérive largement de l’enseignement de Notre Seigneur : elle est donc fausse, hérétique et ne peut mener qu’à la ruine pour les âmes.

Pour propager et défendre la doctrine de l’Église catholique, Dieu lui a donné des géants comme saint Augustin, saint Jérôme, saint Jean Chrysostome, saint Grégoire, saint Ambroise, saint Basile, saint Bonaventure et saint Thomas d’Aquin.
L’Armée de Marie, elle, ne repose que sur les élucubrations non vérifiables de Marc Bosquart…

Comment, alors, comprendre ou même excuser l’imprudence des naïfs qui mettent leur salut entre les mains de cette secte?

Si vous voulez vous investir dans une véritable dévotion mariale, les Watch Dogs recommandent la Milice de l’Immaculée d’Observance Traditionnelle (Militia Immaculatae) fondée par saint Maximilien Kolbe en 2000 et qui proclame la fidélité à la foi catholique pure et inchangée. La Militia Immaculatae prie justement pour la conversion des pécheurs, des hérétiques, des schismatiques. Elle lutte également contre la franc-maçonnerie et les doctrines erronées, comme celle de l’Armée de Marie.

La Milice de l’Immaculée est une voie catholique sûre, contrairement à l’Armée de Marie qui est une doctrine hérétique fausse et dangereuse. Et saint Maximilien Kolbe un guide plus fiable que Marc Bosquart… Site internet de la Militia Immaculatae : http://www.militia-immaculatae.asia/frenchindex.php

Si vous êtes approchés par des membres de la secte de l’Armée de Marie, demandez-leur toujours de prouver les dires de Bosquart autrement que par ses supposées indications de Jésus, ce qu’il ne fut jamais en mesure de faire lui-même.

 

Certains membres de la secte ont été vus dans certaines chapelles tradis : ne les laissez surtout pas déposer la semance de leurs dévotions hérétiques dans vos communautés et soyez fermes dans votre opposition.

Surtout, prévenez le prêtre que des excommuniés s’approcheront probablement de la table de communion en étant persuadés, dans leurs idées tordues, que Marie-Paule Giguère se trouve présente dans l’hostie…